Un lundi au soleil

lundi-au-soleil-blog
Dessin: barbaracadabra.fr

Vous aussi vous avez guetté tout le week-end notre moralisateur naturel pourvoyeur de vitamine D : le soleil.

Mais il a voulu jouer avec nous, il est resté bien caché, préférant nous laisser nous atermoyer dans une grisaille ambiante peu réjouissante.

Les beaux jours viendront, soyez patients (vous avez pas le choix de toute façon).

Vous irez déposer (ou non) votre petit bulletin blanc dans la petite urne de votre commune pour donner votre avis un dimanche matin ensoleillé.

Depuis je ne sais pas combien de temps on parle sans arrêt de ces moulins à vent.

On parle de « campagne présidentielle » comme une sorte de course (stupide) limitée dans le temps. Celui qui sera devant aura la légitimité d’ouvrir sa bouche plus grande que son concurrent.

Mais celui qui parle le plus fort n’a pas forcément raison.

Celui qui parle le plus fort n’a pas forcément les meilleurs idées.

Celui qui parle le plus fort n’a pas dit qu’il ferait ce qu’il a dit qu’il ferait.

Celui qui parle le plus fort ne dit pas ce qu’il fera pas, évidemment.

J’ai beau changer de station de radio, varier mes torchons journaux… (je ne regarde pas la TV), y a pas un moment où, aussi par sérendipité je l’avoue, je ne tombe pas sur ces beaux parleurs en mal de reconnaissance publique.

C’est à en donner la nausée. Et mes aînés en diront autant je pense. Ils diront peut-être même que c’est de pire en pire à chaque fois.

Alors avec tous les réseaux, les trucs et bidules qui permettent de partager des informations inutiles, on a amplifié le phénomène.

Maintenant, on peut-être immédiatement au courant d’un bon gros paquet de blabla insignifiant en temps réel.

Magnifique. Il faut bien s’acharner en continu à remplir la tête du peuple, pour pas qu’il se pose trop de questions (gênantes).

C’est pour cela que je ne parlerais pas ici de politique en faveur d’untel ou de bismuth pour ses propos déplacés, hors-sujet…

Bref, déconnectés du quotidien de M. Dupont qui lui a sûrement bien compris que pour avancer dans sa vie et dans la société, il n’a pas à attendre que quelqu’un d’autre décide pour lui.

Il agit, lui, tout simplement.

Publicités