En bonne voie pour le permis

Voilà une bonne chose de faite : hier, j’ai réussi l’examen du code de la route.

Après deux mois d’apprentissage, à domicile (avec mon livret de code et le Pack Web qui permet de s’entraîner chez soi) et à l’auto-école (j’ai dû faire une dizaine de séries là-bas je crois) je n’ai fait que deux fautes au final.

Et pourtant, si je me fie à mes statistiques d’entraînement, vous constaterez que c’était pas gagné d’avance.

Sans titre
21 janvier : 22 fautes / 21 mars : 4 fautes

Mais si je pouvais en tirer quelques leçons qui seront utiles je pense pour tous les candidats qui se retrouveront peut-être dans la situation que j’ai rencontré, je dirais que :

  • Pour apprendre seul, l’auto-discipline et la régularité sont des bases fondamentales. Il ne s’agit pas de se dire que vous devez foutre votre journée en l’air pour réviser le code pendant 12 heures d’affilée au point de s’en dégoûter. C’est contre-productif, c’est une pratique courante mais qui ne fonctionne pas.

Conseil : apprenez petit-à-petit, y a pas le feu, et revoyez régulièrement ce que vous avez vu.

  • Se focaliser sur ses erreurs est le meilleur moyen de se démotiver à court-terme. Vous faites 15 fautes au bout de 30 séries ? Vous ferez 14 fautes, puis 13, puis 12 parce que vous allez persévérer et que vous voulez en faire moins. Et au fur et à mesure, vous vous rendez compte que vous avez progressé même si vous faites encore plein de fautes.

Conseil : regardez vos progrès au fil des séries, des jours et des semaines puis regardez d’où vous êtes parti. Vous voyez, vous avez progressé même si vous pensez que non.

  • Les séries que vous ferez à l’auto-école seront bien plus difficiles que les séries que vous ferez chez vous. J’ai constaté ça très rapidement, alors que je faisais 3 fautes chez moi, j’en faisais 11 à l’auto-école. C’est frustrant, on a l’impression qu’on est pas au point… Mais c’est bien plus positif que l’on peut le croire, car c’est face à des difficultés inédites que vous allez faire rentrer dans votre crâne des choses qui vous semblent à priori complètement farfelues (oui, une roue de secours c’est facultatif ET recommandé !)

Conseil : prenez conscience que les séries que vous faites sur votre ordinateur et à l’auto-école n’ont pas le même niveau de difficulté, c’est pour cela qu’il faut mixer les deux au maximum pour avoir une autre approche et ainsi apprendre plus rapidement.

  • Posez des questions à votre entourage, aux moniteurs d’auto-école… à ceux qui savent quoi, vous progresserez beaucoup plus rapidement que de rester le nez scotché à votre livre de code.
  • Oubliez les applications gratuites et autres tests en ligne qui vous promettent monts et merveilles dès lors que vous serez passé une fois encore à la caisse. Chercher la facilité aura un coût non négligeable et pas forcément indispensable. Prenez confiance en vous, bien qu’il soit humain de douter, mais ne lâchez rien.
    Persévérez je répète.
  • Lorsque vous vous inscrirez pour l’examen du code, moyennant 30 euros, vous partez du principe que vous allez le réussir et que vous ne remettrez jamais les pieds dans une salle pour le passer.

Je terminerais par une liste de choses et d’autres qui me viennent en tête :

  1. Les questions vous semblent pas logiques, stupides, irrationnelles… C’est normal, cela s’appelle la subjectivité. Elle se trouve confrontée à la subjectivité des personnes qui ont crée les questions. C’est pénible, c’est chiant, mais c’est ainsi. Avec le temps, vous verrez, vous allez vous imprégner de cette logique sans poser de question.
  2. Faire 0 faute à chaque série est un mauvais objectif. En plus d’être frustrant, chronophage et inutile (5 fautes sont possibles n’oublions pas) c’est mission presque impossible et ça vous fera pas forcément avancer plus vite. Pourquoi ne pas viser l’entre deux ? Lorsque que vous ferez entre 3 et 6 fautes chez vous, régulièrement, vous n’aurez plus trop de soucis à vous faire. Vous serez prêt.
  3. A l’auto-école, il m’est arrivé qu’une fois de faire 5 fautes. Sinon c’était plutôt entre 7 et 12. Et pourtant. Donc une fois encore, vos tests en auto-école ne reflètent pas systématiquement ce que vous savez, mais plutôt ce que vous ne savez pas encore et que vous saurez par la suite ! Soyez patients, simplement.
  4. Ne pas se reposer sur ses acquis (rien n’est définitif)
  5. Forcer davantage sur vos points faibles (les règles de priorité et ces satanés feux de position pour ma part)
Publicités