J’ai testé le voyage en autocar…

Et détrompez-vous si vous vous attendiez à une critique franchouillarde en bonne et dû forme, car c’est tout le contraire.

Une remise en contexte préalable s’impose : il m’arrive plusieurs fois par an d’aller rendre visite à la petite famille qui habite à 200 km de chez moi, dans la Marne.

N’ayant pas encore le fameux permis de conduire, je dépendais principalement d’un mode de transport que vous connaissez tous : le train. Plus précisément, le TER, dans sa version 2nd classe. J’ai toujours payé mon billet 21,40 € (42,80 € donc avec le retour) pour être précis. La durée d’un trajet était d’environ 1h30.

Voilà le topo en temps normal et que j’ai fais pendant 3 ou 4 ans, à raison d’environ 3 voyages annuels.

Cependant, le dernier voyage effectué il y a tout juste un mois m’a fait réfléchir sur ma façon de voyager, car mon trajet retour qui était jusqu’alors un Chalons-en-Champagne -> Paris-Est direct est devenu à ma grande surprise un Chalons-en-Champagne -> Reims (en TER) puis Reims-Paris-Est (en TGV).

Je n’ai rien contre les correspondances, parce que bouger c’est la vie, encore moins quand j’appris un peu plus tard que celle-ci en particulier se justifiait par des travaux sur les voies ferrées à ce moment là et que pour le coup la SNCF a modifié le parcours (sans modifier le temps de parcours mais en faisant passer les 2 billets de retour à 28 € au passage).

Ça a fait tilt dans ma tête de djeunz sans peur et sans vergogne : c’est peut-être justifié mais pas normal pour moi, j’ai donc cherché un autre moyen d’aller profiter de l’air de la campagne à coût moindre.

La page publicitaire ne durera que quelques lignes, c’est promis, mais je suis tombé sur reims-paris.com qui propose de faire le trajet aller et/ou retour le jour même ou plus tard en autocar pour… accrochez vos ceintures : 5  € (12,50 € si vous prenez à d’autres heures).

5 € pour un Paris-Reims par la A4 en 1h30.

Je vous met au défi de me trouver moins cher et plus rapide.

Le spot de pub étant terminé, ou presque, parce qu’à la différence de certains TER parfois, l’autocar est propre et part à l’heure.

Bienvenue dans le service rendu au public où le coût est inversement proportionnel à la qualité. Ça fait même bizarre à lire dis donc.

Je vais même pas trop aborder les stéréotypes « socio-écolo » progressistes que les médias aiment bien mettre en avant comme à l’accoutumée pour délier les langues bien pendues des concitoyens qui paradoxalement, disons-le (oui j’ai craqué), sont touchés par le fait que la planète en fait elle a un peu chaud au cul depuis quelques temps mais que vous comprenez bien qu’il faut bien aller bosser tous les jours. Donc on veut bien du changement, mais tant que ça nous concerne pas… Donc si des centaines et des centaines de millions de personnes pensent comme cela au quotidien, je vous laisse deviner la suite.

Not In My Backyard powa.

Bon, bien que ce mode de transport soit moins polluant que la bagnole de Mme Michu, c’est un plus non négligeable certes, mais il pollue quand même.

L’important étant que chacun y trouve son compte après tout.

Pour ma part, le calcul est vite fait, avec 10 € je me fais un Paris-Reims.

Je suis prêt à parier qu’une fois que l’autocar deviendra l’alternative incontournable des gens modestes, parce que vous l’aurez deviné je n’ai pas de planche à billets, les tarifs partiront à la hausse.

En attendant, et pour me la jouer stoïcien un instant, je profite du moment présent.

Publicités

5 commentaires sur « J’ai testé le voyage en autocar… »

  1. Bon, je trouve ça bien de trouver un mode de transport optimisé mais voilà pourquoi tu profites d’une aubaine.

    Le marché a été ouvert à des sociétés privées, dont des européens et des grands groupes comme la sncf. Ils s’appuient localement sur des entreprises locales en leur proposant un contrat. Ils mettent en concurrence les boîtes et avec des promesses de trafic très hypothétiques puisque le marché était inconnu. Ces gros transporteurs sont dans leur phase de conquête du marché et tirent donc lez prix pour tuer le concurrent. Ils vendent à perte mais cette perte peut se reporter sur deux éléments de la chaîne: eux s’ils ont les reins solides ou bien sur les entreprises locales.

    Que se passera-t-il ensuite? Disparités acteurs du marché, fermeture d’entreprises locales poussées à la faillite, et optimisation des lignes en gardant les plus rentables. Si tu as de la chance, dans 5 ans ta ligne reste. Un peu comme les petites lignes que la sncf a fermé

    Donc c’est bien le car surtout quand ça évite aussi des correspondances mais l’avenir n’est pas là mais dans des points de transports autonomes et écologiques par exemple…Dans 15 ans mini.

    Aimé par 1 personne

  2. Si je te suis iceman je risque de ne pas être satisfait bien longtemps ! =D
    Ce serait regrettable, tant les effets positifs que j’ai cité m’ont poussé à en parler.
    Je fais d’ailleurs le retour mercredi prochain, à voir s’il s’effectue dans des conditions similaires.

    Enfin d’ici 5 ans j’aurais normalement plus besoin de faire la navette, ma volonté étant d’habiter dans le coin (si j’obtiens un emploi « stable »).

    La situation que tu décris pour les autocars ne surviendra qu’à condition que le marché explose, donc que la demande excède l’offre, au point d’inciter les compagnies à se tirer dans les pieds.

    Mais toutes les petites entreprises ne se font pas inéluctablement bouffer par d’autres.
    La diversification n’est pas un principe économique qui leur est étranger.
    Je viens de regarder sur internet pour étayer mon propos, mais la compagnie que j’ai prise (Jacqueson) est spécialisée dans le transport en autocar en Champagne-Ardennes mais est aussi une agence de voyage qui copine avec Fram.

    Donc niveau solidité, je me fait pas de soucis pour elle.

    J'aime

    1. ce que je décris est déjà en cours, hélas….et ce n’est pas un problème seulement d’excès de demande par rapport à l’offre, c’est un problème de guerre commerciale avant toute chose. Il y aura un effet domino ensuite. Mais pour l’instant, on peut profiter, c’est sur…
      par curiosité, tu as combien de compagnies sur la ligne qui t’intéresse ? C’est qui qui affrète le car et à qui appartient-il réellement ?

      J'aime

      1. Avant que tu me poses la question je ne m’étais pas penché sur le sujet. D’après mes recherches il y a 5 compagnies se taillant la part du lion (isilines, jacqueson, flixbus, Eurolines et Ouibus).
        Les deux premières que je cite sont les moins chères, la seconde étant aussi la plus rapide.

        Je m’attendais pas à apprendre ça mais en fait Jacqueson Autocar est un l’opérateur historique de la région depuis sa création en 1930 à Rethel dans les Ardennes (08). Je comprends mieux maintenant pourquoi il est possible d’y s’y rendre par ce biais. Et depuis que cet opérateur s’occupe du transport scolaire régional (1964), son essor a commencé (1970). Comme j’en parlais tout à l’heure mais maintenant c’est confirmé, l’opérateur est aussi une agence de voyage qui dispose de plusieurs antennes, toujours dans la région.

        Plus fort encore, et ça c’est plutôt inattendu, l’opérateur grignote la concurrence en rachetant leurs autocars.

        Jacqueson paie pas de mine au premier abord, mais il est non seulement pionnier du genre et loin d’être un petit sur le marché.

        Aimé par 1 personne

  3. Donc la bonne nouvelle c’est qu’il sera peut-être plus enclin à garder son business historique que les 3 derniers.
    Le contre exemple, c’est le Québec, par exemple.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.