Projet

A moins que vous ne soyez pas en France en ce moment (vous avez pas tord au fond), l’été s’installe, on le ressent très bien. Tellement bien que dans les heures et jours à venir, je parie que nous aurons droit aux éternels râleurs du « il fait trop chaud« .

Les mêmes qui, sois dit en passant, y a 2 mois, disaient « il fait trop froid« .

La météo est le sujet de prédilection par excellence quand on a rien à se mettre sous la langue durant une conversation. Un matin, comme tous les matins (sauf le mercredi, jour des gosses, c’est son RTT hebdomadaire) vous croisez l’un de vos voisins à qui vous n’avez que pour habitude et par politesse de dire bonjour. Vous y placez un morceau de météo tel un Louis Bodin pour lancer un semblant de conversation.

Bientôt vous pourrez parler Roland Garros, Tour de France et vacances.

Avec un peu de chance, votre voisin s’il est bien luné mais à qui vous avez fait la tronche tout l’hiver chaque matin à l’arrêt de bus habituel tellement il faisait moche et que c’était déprimant pourra devenir une connaissance amicale … avant que vous ne lui refassiez une tronche de troll à l’automne. Ah ah ah.

Okay, je fais un peu dans le sadique l’idyllique, mais c’est aussi ma conception du réseau social en dur.

Voilà pour l’aparté rituel qui me colle à la peau sur ce blog.

On arrive donc à la moitié de l’année 2017.

Tandis que certains lycéens potassent (ou non) pour leur bac à sable, d’autres peaufinent les préparatifs de leur prochaine destination sous les cocotiers.

N’étant plus concerné par le premier que j’ai eu laborieusement en 2010, je ne suis pas non plus concerné par le second, la douce saveur des impôts vous rappelant qu’entre manger des pâtes et des patates 10 mois sur 12 ou avoir un mode de vie sain et varié, il faut choisir avant de partir.

Dans tous les cas, impôts ou non, mon choix était établi depuis plusieurs mois pour les 6 prochains qui vont s’écouler.

Petit rappel, l’auteur de ce blog dispose de deux licences universitaires mais n’a pas d’emploi actuellement car les débouchés qu’on peut lui offrir lui font pas kiffer les 40 prochaines années (au moins). En revanche, un truc qui le passionne chaque jour et qu’il pratique avec une conviction limite fanatique c’est la musculation. Et comme il voudrait partager cette passion avec d’autres mais qu’il faut un diplôme (le BPJEPS AF), il a fait le choix de se lancer à fond les ballons.

Ceci est mon projet : obtenir le BPJEPS Activités de la Forme (AF) mention C (cours collectifs) et D (musculation).

Par excès de prudence, je préfère faire une préformation de 4 mois avant de me lancer, histoire d’être prêt aux différences tests de sélection physiques, écrits et oraux qui sont exigés pour pouvoir faire le BPJEPS. Ma préformation aura lieue au CFPMS de septembre à décembre prochain.

Hormis le coût, les efforts à fournir seront importants, je le sais.

J’en fais d’ores et déjà l’expérience en faisant les cours collectifs proposés par ma salle de sport.

A raison de 2 cours par jour en plus d’une séance de musculation effectuée plus tôt dans la journée, j’aligne plus de 2h30 de sport chaque jour. C’est un rythme auquel je commence à m’habituer, et il le faut, je souhaite être au top avant septembre.

En gros, je me prépare avant la préparation. Au moins, j’aurais moins de surprises, et je crois que je saurais tenir le rythme immédiatement.

Et pour ceux qui ne jurent que par la fonte pure et dure, je les invite à faire comme moi, soit à reconsidérer le challenge que représente 45 minutes de renforcement musculaire des cuisses et fessiers.

Je me disais, comme beaucoup d’accrocs à la fonte :

Oui mais moi tu sais, je fais des squats, de la presse à cuisse, des leg extension et je bosse aussi les mollets, donc les cours co’ ça va être une formalité !

Non, mon bonhomme. Tout faux.

T’as beau faire du squat à 150 kg à la barre, si tu fais que ça chaque semaine (si tu bosses tes jambes, comme tout bon pratiquant) sans travailler ta résistance à l’effort, tu vas sentir que que ça brûler, ça va piquer et tu auras du mal à tenir un cours sans prendre des pauses et transpirer comme un marathonien.

Véridique. J’en ai fait l’expérience ces dernières semaines, et cela m’encourage à poursuivre mes efforts tant sur la partie musculation que sur la partie fitness.

J’évoquerais la prochaine fois l’intérêt de passer ce diplôme et les raisons pour lesquelles j’y accorde toute mon attention.

En attendant, prévoyez la crème solaire et le parasol !

Publicités

Un commentaire sur « Projet »

  1. Bienvenue au club de la future formation BPJEPS AGF mention C ^^
    Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il faut être actif autant en musculation qu’en cours de fitness. Dans ma salle de sport ça me fait bien rire les mecs qui se la pète avec leurs gros bras (Mais qui souvent n’ont pas de jambes d’ailleurs… :’) Mais qui ne savent pas tenir un cours car ils n’ont juste aucun cardio ! Ils peuvent soulever autant qu’ils veulent en squats à la muscu par exemple mais en cours leur charge sera plus légère car il s’agit de performance et non de force.
    Personnellement je dois avouer que je suis plus Fitness que musculation, de mon point de vue je trouve que se sont 2 « disciplines » différentes mais pourtant bien compatibles ^^

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.